Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
les tyrans de ce monde / Depuis Mai 2006

Articles avec #pakistan tag

J'ai une question Jihad

25 Août 2016 , Rédigé par Ribaat Publié dans #PAKISTAN

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

 

J'ai une question Jihad

 

Ecrit par le Cheikh Muhammad Masood Azhar,

traduit par le Forum Al-Mourabitoune.

Révision Ribaat

Janvier 2009

Mise à jour Août 2016

 

A cause de l'intense pression internationale contre tous les prêcheurs authentiques, le gouvernement apostat du Pakistan a de nouveau enfermé le Sheikh qui est derrière les barreaux depuis décembre 2001 (Sa première arrestation étant en 1994). Ne l'oubliez pas dans vos pieuses invocations, barakAllahoufikom.

Un discours éloquent était donné. Discours hautement estimé pour sa simplicité et son style. Un grand rassemblement s'était de nouveau trouvé entrain d'écouter ce grand discours avec concentration. Quelquefois, on y récitait mélodieusement le Coran à la foule et d'autres fois, on la parfumait avec le parfum des Hadiths du Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui).

Parfois, le sujet prenait une tournure politique et parfois il rappelait l'âge d'or des Sahabas (Compagnons du Prophète paix et bénédiction d'Allah sur lui). Les poèmes Urdu et Persans complémentés les étonnantes histoires et rendaient le discours très attrayant. L'orateur devenait très émotionnel. Il allumait une lumière dans le cœur des gens qui écoutaient attentivement. Il composait son discours avec un langage adéquat, aussi aisément que l'on place des perles dans un collier.

Les gens qui écoutaient son discours étaient très nombreux. La foule pouvait être vu d'aussi loin que la vue le permettait. Le public était immobile, il n'y avait aucune question, aucunes personnes qui se levaient ou qui regardaient à gauche ou à droite. Tout le monde avait le regard fixé sur la scène. La foule écoutait chaque phrase de l'orateur avec concentration, elle se sentait concerné. Parfois, le silence était brisé par des slogans de "Takbir! Allahou-akbar !" et "l'Islam vivra à jamais !". Cela offrait le temps à l'orateur de se reposer. Mais dès que les slogans s'arrêtaient, la voix de l'orateur raisonnait de nouveau. Le discours continuait selon ce rythme. Tout le monde faisait dou'ah pour qu'Allah donne la force à l'orateur de continuer et que son discours dure plus longtemps.

Soudain, l'orateur interrompit sa parole par une pause. La masse fut momentanément dérangée par celle-ci, puis, leur attention fut détournait de nouveau vers lui par sa forte voix. Seul Allah sait quel dou'ah (invocations) le sermonneur avait récité durant la pause mais le discours devint alors plus intéressant. Son sujet passa désormais à la situation de l'Islam dans le monde. Il citait cet état dans son propre style :

« Mes auditeurs respectés, je déclare, avec pleine confiance et foi, et je n'ai rien de plus dans ma déclaration que la lumière du soleil, que la religion de l'Islam est une religion complète. Pour toute question se rapportant à la vie d'ici bas ou à l'au-delà, l'Islam a la solution. Le monde peut changer, l'attitude des gens peut changer, mais notre religion a le remède pour chaque époque, chaque besoin, chaque classe de gens et chaque attitude. Qu'il soit pour l'adoration, la vie sociale, l'économie ou la civilisation ; l'Islam possède ses propres lois inchangées. Que nous voyagions au-dessus des cieux ou sous la terre, nous trouverons certainement le conseil islamique approprié. Si quelqu'un a des doutes sur mon affirmation, il pourra demander toute sorte de question dans la série de Question & Réponse qui suivra, après mon discours ».

Deux portions de la nuit étaient écoulées mais aucune fatigue ni paresse ne pouvait être ressentit sur un quelconque visage. Le prédicateur termina sa parole et annonça que quiconque souhaitait partir pouvait désormais le faire et qu'ainsi, la série de Question/Réponse pouvait commencer, mais personne ne bougea pour autant. Une première personne se leva et demanda : « l'Islam a prescrit des règlements pour les gens sains mais, y a t-il des propos au sujet d'une personne constamment malade comme moi? Mon nez saigne à longueur de journée ! Je n'ai pas le temps de parfaire mon Woudhou (mes ablutions) et exécuter ma Salat (prière) que mon nez se remet à saigner ! Qu'est-ce que je dois faire ? Je me sens honteux de faire mes prières dans de telles conditions de malpropreté, devant mon Seigneur, C'est pourquoi je suis privé de Salat. Quelle est le décret de la Sharia concernant ceci ? »

L'orateur répondit d'un ton confiant : « Vous n'auriez pas dû cesser de faire votre prière. Vous devez exécuter le Woudhou et faire vos Salat puisque Allah pardonne ceci. L'écoulement du sang ne cassera pas vos ablutions ».

Un autre homme se leva et dit : « je souhaite poser une question concernant ma femme et ses règles mais je ne le fait jamais car je me sens honteux ». Le sermonneur répondit : « il n'y a pas à être timide dans les questions qui concernent notre Dîne (religion). En vérité, vous devriez être à l'aise pour la poser, notre Sharia a énormément détaillé concernant la femme et ses règles ». Puis il répondit à sa question dans les détails.

La série continua et les gens en furent heureux. L'orateur répondait à chaque question d'une manière telle que tout le monde en était satisfait. Les gens ressentaient de la confiance envers leur conférencier.

Soudain, un visage se leva d'un des coins de ce grand rassemblement. L'homme était d'apparence très mince, ses vêtements étaient déchirés et des signes de déception apparaissaient clairement sur son visage. Mais, bien qu'il était dans un état lamentable et désordonné, il paraissait être très bien instruit et de bonne famille. Son âge avoisiné les trente ans. Il s'est levé et a dit : « Monsieur, pourrez vous également avoir la réponse à ma question ? ». Sa voix forte avait déplacé les cœurs des auditeurs. L'orateur a regardé ce jeune homme dont des larmes brillantes pouvaient être entrevues à travers ses yeux. Il a dit : « Posez votre question, notre religion a la solution à chaque difficulté Wal Hamdulillah. Notre religion aide toute personne dans sa difficulté et a une sortie pour chaque calamité. Mettez votre question en avant sans crainte ».

Après s'être préparé, le jeune homme dit : « Je dois me présenter à vous afin qu'il vous soit facile de comprendre le sens de ma question. Je viens de la belle vallée du Cachemire. Ma question n'est pas en rapport avec moi-même mais, aujourd'hui, je supporte une cause nationale (correction Islamique). M'autoriserez-vous à dire quelques mots ? »

L'orateur répondit d'une voix vive : « Oui, bien sûr ! Vous êtes en droit de nous la poser, vous êtes même notre invité ».

Le jeune homme se teint prêt à parler lorsque des larmes quittèrent ses yeux. Il s'est alors exprimé dans une voix puissante : « Maulâna respecté, mes chers frères Pakistanais, ne supposaient pas en regardant mon apparence que je sois un mendiant! Je cherche juste à me renseigner sur une question qui est en rapport avec moi-même et qui concernera peut être chacun d'entre vous. Je vous demande de m'écouter attentivement ou vous subirez vous aussi et très bientôt le même sort. Ne m'écoutez pas comme si vous écoutiez un conte de fée, je vous raconte la vérité. Mon cher savant ! Votre parole concernant le fait que notre religion a une réponse et une solution à chaque interrogation m'a poussé à pauser cette question. Avant tout, j'aimerais vous questionner sur le sujet principal. J'espère que vous répondrez à toutes mes interrogations. Ma première question est à propos du mot Jihaad qui a été mentionné dans le Coran et les Hadiths. Qu'est-ce qu'il veut dire ? »

L'orateur a répondu immédiatement : « Le mot Jihaad est dérivé de Jeuhd qui veut dire « faire l'effort ». Tout ce qu'on fait pour ce Dîne sera un Jihaad, même répondre à une question religieuse ou apprendre la religion ou écrire quelque chose sur un sujet important ou délivrer une fatwa, tout est considérée comme un Jihaad ».

Le jeune Cachemirien intervint de nouveau d'une voix forte : « Cher Monsieur ! Je ne demande pas la définition littérale de Jihaad où il est contexte d'usage normal, en effet je demande celle où le Jihaad est utilisé dans le sentier de Allah. Le contexte où le Jihaad est aussi défini par Quital (lutter). Je me renseigne sur le Jihaad par lequel une personne est appelée un Moujahid. Ma question est concernant le mot Jihaad, qui une fois prononcé dans les rues de Médine, emmené les Sahâba à aller lutter, à s'équiper avec des armes et à courir vers les champs de bataille. Le Jihaad pour lequel notre Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) nous a incités à aligner les croyants sur sa voix, en accord avec son obligation définit dans le Coran. Je parle du Jihaad par lequel on atteint la Shahada (le martyr), le butin et la victoire.

Je questionnais à propos du Jihaad au sujet duquel l'Imam Bourkhari a rapporté 241 chapitres contenant de nombreux Ahadith regroupé sous le titre de Jihaad. Le Jihaad pour lequel l'Imam Muslim a mentionné quant à lui 100 chapitres sous ce même titre, pour lequel l'Imam Abou Daoud a réservé 11 chapitres concernant les vertus et l'importance du Jihaad, pour lequel l'Imam An-Nasaï a mentionné 48 chapitres dans Nasaï Sharif, prouvant l'importance de ce Jihaad tout comme l'Imam Ibn-Majah qui a lui réservé 46 chapitres basés uniquement sur des Ahadith dans son livre de Sunan-Ibn-Majah.

Le Jihaad défini par nos grands Mouhaddithine dans leurs célèbres livres et évoqué par les armes, le martyr, les chevaux, le tir à l'arc, l'organisation de la guerre, l'intelligence, les dépouilles de la guerre, les vertus du combattant, les vertus des blessés, les vertus des flèches lancées. Les termes précitées ci-dessus n'entrent pas dans la catégorie des paroles et des écritures que vous avez défini tout-à-l'heure concernant le Jihaad.

Je vous parle du Jihaad qui peut donner de la dignité aux musulmans, à travers quoi on peut différencier entre un Mou'min (croyant) d'un Mounafiq (hypocrite), à travers lequel les musulmans peuvent terroriser les Kouffar (mécréants) et à travers lequel le règne de la Sharia islamique prend effet. Je me renseigne sur le Jihaad par lequel chaque fitnah est éteinte. Le Jihaad dans lequel notre Nabi paix et bénédiction d'Allah sur lui et ses compagnons ont participé. Le Jihaad durant lequel les anges sont descendus du ciel et au sujet duquel les Houri (femmes du paradis) ont été mentionné.

Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) encourageait l'envoie de convois pour ce Jihaad. J'aimerais avoir de l'information concernant le Jihaad dans lequel le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a participé personnellement 27 fois et a envoyé des expéditions de son armée plusieurs fois. Je vous ramène au Jihaad pour qui Kaab-Ibn-Malik a été boycotté par le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) parce qu'il n'a pas participé. Je me renseigne sur le Jihaad qui concerne la sauvegarde de nos frontières, quand les chevaux courts et que Allah est content, quand le sang coule et a une odeur [de musk], le Jihaad par lequel « le Mou'min achète le paradis (Jannah) en échange de sa vie et ses biens... ».

Le jeune Cachemirien parlait avec aisance, tout le monde était étonné de l'entendre. Sa voix recommandait le bien. « Cher Monsieur ! Ma question concerne le Jihaad pour lequel les nations sont humiliées en l'abandonnant. Le Jihaad qui est le dispositif de protection du Dîne et de ses piliers. »

Le jeune Cachemirien s'est arrêté sur ces mots. Le regard de la foule était dirigé vers l'orateur qui s'asseyait silencieusement, tête baissée ; il paru comme quelqu'un de perdu. Après un long silence, il a soulevé sa tête et a dit : « Mon jeune ami ! Votre parole est véridique. La vraie signification du Jihaad est bien de lutter dans le sentier de Allah. C'est la même définition que celle qu'ont écrite nos Fouqaha (juristes). Les kouffar (mécréants) étaient invités à l'Islam, s'ils n'acceptaient pas la da'wah et faisaient obstruction au messager, ils devaient payer la Jizyah (taxes appliquées aux non-musulmans (Juifs et Chrétiens) qui vivent en société musulmane/ ou dans les sociétés protégées par les musulmans) et s'ils refusaient ils devaient être combattus. C'est la catégorie du Jihaad offensif. Lutter est la partie la plus importante de la vraie signification du Jihaad Fi Sabilillah et en réalité, le Moujahid est celui qui lutte dans le champ de bataille pour défendre l'Islam et les musulmans.

Cher ami ! Le Jihaad est une obligation dans l'Islam et il est le plus vertueux des actes d'adoration. La personne qui meurt dans cette cause est appelée un Shahid (martyr) alors que la personne qui revient vivante est appelée un Ghazi. Le Jihaad est le seul chemin vers l'élévation à la grandeur de l'Islam. Le vrai Jihaad est d'aller défendre l'Islam sur le champ de bataille contre tous ses ennemis. Même si seule la poussière touche une personne durant son Jihaad, le feu de l'Enfer sera haram (interdite) sur lui.

Cher petit ! Votre remarque concernant les Mouhadithin (experts en science du hadiths) qui ont aussi utilisé le Jihaad dans le contexte du combat est aussi correct ». La foule entière fût noyée dans de profondes pensées et détresses après avoir écouté ces mots de la bouche de l'orateur. C'était la première fois qu'ils entendaient cela ; défier l'ennemi de l'Islam était aussi une obligation et un acte d'adoration. Le jeune Cachemirien fût entièrement satisfait. Il dit : « cher orateur, je vous suis très reconnaissant d'avoir exprimé la vraie signification du Jihaad que nos pieux prédécesseur (Salafou Salah) comprenaient, et qu'ils ont décrit et expliqués à travers leurs nobles actions. Ma deuxième question porte sur la position de la shariah vis-à-vis du Jihaad ? Est-ce qu'il est un Fardh (prescription), un Wajib (obligation), une Sunnah (tradition) ou un acte Moustahab (recommandation) ? Est-il un acte important ou pas ? »

L'orateur a répondu, « il y a deux types de Jihaad, le défensif et l'offensif. Comme nous l'avons dit, le Jihaad offensif est que les Musulmans devraient inviter les non-musulmans à l'Islam. S'ils n'acceptent pas alors ils devraient être contraints de payer la Jizyah. S'ils refusent encore, alors une guerre doit être engagée contre eux, parce qu'il n'est pas possible qu'un mécréant, un rebelle contre Allah qui nie l'Islam puisse gouverner sur la terre de Allah. Ce type de Jihaad est Faradh-kifaya c.-à-d. que si un groupe réalise cette obligation alors, l'obligation n'incombera pas au reste de la Oummah.

Le deuxième type de Jihaad est le Jihaad défensif. Si les kouffar attaquent un pays musulman alors, le Jihaad deviendra un Fard-ain et l'obligation est complète pour tous les Musulmans de ce pays. Si les Musulmans de ce pays ne sont pas capables à eux seul de repousser les agresseurs alors, il sera Fardh sur le prochain pays voisin et s'ils sont faibles ou paresseux le prochain pays musulman le plus proche est obligé d'apporter secours à son voisin etc., jusqu'à ce que le Jihad devienne un Fardh-ain pour le monde islamique entier, de l'Est à l'Ouest. La définition de Fardh-ain est qu'il sera obligatoire sur chaque individu. Le Fardh-ain oblige, dans ce cas de Jihaad, chaque musulman à participer sans aucune autorisation de ses parents et sans que le conseil de quiconque ne soit nécessaire. Le Jihaad devient un Fardh-ain quand les kouffar attaquent une terre musulmane, quand ils font obstruction aux musulmans de faire la Da'wah, quand ils prennent des musulmans en otages ou sur le champ de bataille et quand les musulmans s'unissent pour affronter les kouffar. Le Jihaad devient Fardh-ain dans les cas précités. La conséquence du Fardh-ain est que quiconque s'abstient de faire le Jihaad sera un Fasiq (grave pécheur). »

Le jeune Cachemirien a dit : « Cher orateur respecté ! Une autre question importante est : est-ce-que lutter dans le sentier de Allah était une obligation au temps et à l'époque du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) uniquement ou est-ce qu'elle le sera pour tous les Musulmans jusqu'au Jour du Jugement ? Pourriez vous m'éclaircir avec l'aide de Allah et Son pouvoir sur le Moujahid, est-il lié à une époque spécifique, tout comme les verset du Coran tel que : « Si vous ne prenez pas les devants pour le Jihaad (en le faisant et l'encourageant) alors Il vous punira sévèrement » ainsi que les différente formulation de hadith tel que « Lorsque vous deviendrez lâches et craindrez de mourir et d'être martyre et lorsque vous vous accrochez à la vie d'ici bas et vous vous rivalisez pour ses honneurs et rangs alors, toutes les nations du monde vous attaqueront et vous vaincront ». Ou cet autre Hadith ou le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a affirmé, « Si vous délaissez le Jihaad alors Allah vous humiliera ». Est-ce que toutes les formulations précitées sont valables pour une époque bien spécifique ou pour tout les temps ? ».

Le conférencier répondit: « Cher ami! Le Jihaad dans le sentier de Allah est une obligation en Islam. En effet, toutes les obligations de la religion sont protégées à travers la préservation du Jihaad. Cet acte du Jihaad est décrété jusqu'au Jour Dernier. Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) a affirmé cela : « Le Jihaad continuera jusqu'au Jour du Jugement ». Il a aussi affirmé dans une autre formulation, »Un groupe de ma Oumma (nation) continuera de lutter Fisabilillah ». Nous trouvons dans ces Ahadith que l'acte béni du combat continuera jusqu'au Jour du Jugement (Qiyamah). Le soutien de Allah vient toujours appuyer le Moujahid. Quand le Moujahid entrera sur le champ de bataille, il ne sera jamais seul. Il aura la puissance de Allah qui l'assistera, s'il est fort ou faible, en grand nombre ou en petit nombre, bien équipé ou mal-équipé, Son Seigneur sera toujours à ses côtés à condition qu'il défie les ennemis avec sincérité.

Cher ami ! Les hadiths que vous avez cités, et les menaces du Coran sont honnêtes. Et l'ordre est bien valable jusqu'au Jour du Jugement. C'est pourquoi aucun Mouhadith (expert dans la science du hadith) ou Faqih (jurisconsulte) n'a écrit ou dit que ce Jihaad ou cette lutte a été arrêté. En revanche bien sûr, se sont les Anglais qui ont mis en place une ruse et ont tenté de prôner un faux Prophète afin qu'ils puissent sortir le zèle du Jihaad des esprits des musulmans et afin qu'ils puissent annoncer que les musulmans sont des adorateurs de la paix. Quelle relation est-ce qu'un musulman a vis-à-vis de la lutte ? Tout a été planifié pour se produire afin que les Anglais et leurs alliés puissent s'emparer des Musulmans. Ainsi, un « Prophète » de création britannique du nom de Mirza Qadiani, a osé annoncer que ce Jihaad avait été aboli. »

L'orateur resta silencieux après cette intervention bien claire. Il ajouta les nouveaux points suivants dans les esprits des auditeurs pour récapituler :

- Lutter est une obligation importante de l'Islam.

- L'acte de combattre continuera jusqu'au Jour de Jugement.

- Les musulmans ne gagneront rien en délaissant le Jihaad si ce n'est se faire humilier.

- La personne qui nie le Jihaad ne peut être musulmane.

- Un faux Prophète a annoncé l'abolition du Jihaad pour satisfaire les Anglais.

Une fois encore, la voix du jeune Cachemirien retentit dans l'air: « j'arrive du Cachemire depuis quelques jours à peine. Vous savez probablement que le ciel du Cachemire appartient aux musulmans. Mais aujourd'hui, ce beau ciel des musulmans a été transformé en un noyau de feu. Les musulmans sont balayés de l'existence pour la seule raison d'être musulmans. Les loups sanguinaires hindous tournent autour de nous librement. Les écoles sont démolies et nos enfants innocents sont brûlés vif. L'histoire même de la destruction des mosquées et des madrassas (écoles) est des plus choquantes.

Mon orateur respecté ! Le grand crime de la vallée du Cachemire est devenu l'Islam et les plus grands coupables en sont les musulmans. Bon nombre de sœurs musulmanes du Cachemire, qui sont aussi nos sœurs, sont devenu veuves, et nos enfants sont devenus orphelins.

Cher monsieur ! Une immense oppression a eu lieu au Cachemire d'une façon telle que les cieux en ont été secoués. Des tringles à repasser ont été placées dans les parties privées des jeunes filles musulmanes puis des balles leur ont été tirées. Les filles innocentes de cette Oumma ont été violées et assassinées. Sous ces conditions si critiques, nous avons prix la ferme intention de tout sacrifier pour notre Islam et c'est dure. Nos femmes sont aussi entrées dans le champ de bataille, à côté des hommes, pour défier l'ennemi. Nous luttons dans une guerre pour protéger notre Islam et notre Saint Coran. Nous savons que l'ennemi est bien équipé avec les armes technologiques les plus récentes. Enragés, ils brûlent tout pour assoiffer leur vengeance. L'ennemi est entré au Cachemire avec l'intention de nettoyer la vallée de l'Islam et des musulmans. L'ennemi est bien équipé, il possède des avions bombardiers de combat, et des chars.

Nous sommes faibles, inexpérimentés et mal équipés; nous sommes entrés dans le champ de bataille en plaçant notre seul confiance en Allah. Nous souhaitons entendre le fait que l'ordre du Jihaad et sa préparation existe bel et bien dans le Coran afin de rendre à notre ennemi un coup mortel. Malheureusement, si on nous a tout enseigné de la parole de notre Messager (paix et bénédiction d'Allah sur lui), en ce qui concerne les vertus et les règles du Woudhou (ablution), celles du Hajj (pèlerinage), de la Zakat (aumône) etc., si nous avons été informés du respect pour nos aînés et de la clémence dû à nos petits, nous n'avons pas été informés des décisions de l'Islam sur la manière de négocier avec l'ennemi. Nous avons été privés de l'histoire de nos ancêtres. Les sensations de dégoût pour la paresse et la lâcheté n'ont pas été inculquées dans nos cœurs. Nous avons su que notre Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) poussait toujours les croyants à lutter. Il invitait les gens à lutter et s'impliqué lui même.

C'est pourquoi les gens de son époque ont atteint dignité et honneur. Ils ont sacrifié leurs vies pour construire la paix et l'honneur. Cependant, nous n'avons pas été informés aujourd'hui de ces choses ni été avisés qu'il y a mention de ceci dans le Coran. Nous ne savions pas où étaient cet enseignement dans les héritages du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui). Ainsi, nous sommes à cette époque tous témoins de l'oppression de notre ennemi, uniquement pour avoir demandé un droit légal. L'honneur de nos femmes est pillé devant nous.

Cher orateur ! Vous ne pouvez pas croire ceci, une sœur a été décapitée devant ses frères. Une mère est souillée devant ses fils et une femme violée devant son mari. Mon orateur respecté! Si seulement nous avions été renseignés sur la manière d'apprendre à utiliser une arme qui est une partie importante de notre religion. Mais, nous ne savons pas pourquoi ces informations ont été gardées secrètes sur nous. Nous payons maintenant le prix par la punition infligée par notre ennemi.

Al Hamdoulillah, nous avons commencé le Jihaad sans aucune formation ni armes, mais simplement en plaçant notre confiance en Allah parce que nous avons la foi en tant que musulmans et que le nombre de gens de notre communauté dépasse déjà le milliard. Nous sommes aussi convaincus par notre religion pour laquelle Mohammad Ibn-Qasim partit du Hijaz à Kaboul à cause des larmes d'une fille. Nous sommes les partisans de la religion pour qui Tariq Ibn Ziyad mena une guerre historique sur les rivages de l'Andalousie pour rendre justice à une fille Chrétienne. La même religion pour qui Mahmoud Ghaznawi et Ahmed Shah Abdel a marché d'Afghanistan jusqu'en Inde, et ceci est désormais gravé dans l'histoire.

Nous sommes totalement confiants qu'une fois que les terribles larmes de nos mères et sœurs ont été entendues des collines du Cachemire, alors les musulmans du Pakistan deviendraient agités. Ils deviendraient sûrement agités après avoir écouté les hurlements des enfants musulmans brûler.

Cher orateur ! Nos mères ont mis plein d'espérance dans les esprits de leurs enfants qui ont perdu tout espoir afin qu'ils ne s'inquiètent pas ! La nuit sombre d'oppression sera très bientôt passé, un savant de cette Oumma, un disciple du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui), un jeune de bonne foi à l'image de Salahouddin Al Ayoubi viendra et changera notre existence en une vie d'honneur et de dignité.

Cher Monsieur ! Je suis venu au Pakistan avec le même message. J'ai demandé la même chose à chaque individu. Je les ai invités par le lien de sang qu'il y a entre musulmans. Je leur ai donné un juron par le nom de Allah. Je les ai prévenus d'un futur dangereux. Mais, l'oreille de personne n'a été affectée. Personne n'a écouté ce que je disais. Quelques-uns m'ont entendus et ont versé quelques larmes. D'autres ont senti qu'il était suffisant de condamner ces actes verbalement. Certains ont prouvés leur sympathie en écrivant un article dans un journal ou arrangeant une protestation ou une conférence puis ils se sont assis avec contentement. Mais, les mères et les sœurs du Cachemire, les mosquées détruites et les pages du Coran Sacré profanées, les orphelines et les garçons n'ont pas besoin de larmes ou de discours, ni ils bénéficieront de ces conférences ni ils n'atteindront la liberté par ces protestations.

Maulana respecté ! Quelles sont les verdicts de notre religion pour une époque si critique ? Devons nous rester nous-mêmes à notre place ? Est-ce que nous devons nous abstenir de nous appeler musulmans ? Quelles sont les verdicts de l'Islam pour une telle époque ? Quelle est la décision de l'Islam qui se rapporte à nous même et aux autres musulmans, à vous et au peuple du Pakistan en général ? »

Une fois que le jeune Cachemirien eu complété son discours, tout le monde avaient les yeux pleines de larmes, les cœurs étaient chagrinés. Des pleures furent entendues dans tout les coins de la salle.

Les gens attendaient la réponse de l'orateur, mais tout le monde étaient étonné, l'orateur demeuré silencieux. Son visage reflétait le chagrin de son cœur. Ses larmes avaient traversé ses joues et sa barbe était mouillée.

Durant le silence de l'orateur, la voix du Cachemirien s'est élevée encore une fois, elle explosait de nouveau : « Cher orateur ! Si l'Islam est nettoyé de la vallée du Cachemire, alors ces mêmes actes d'oppression seront répétés au Pakistan. Les intentions des Hindous ne sont pas limitées uniquement au Cachemire mais, ils veulent aussi le Pakistan comme une partie intégrante de leur entité. Mon savant respecté ! Il n'y a aucun doute que l'Islam est une religion complète mais informez-nous sur les procédures que l'Islam a placé pour la sécurité et la protection de cette religion et de ces partisans ? »

L'orateur commença à répondre d'une voix basse : « Cher fils! Vous avez éveillé l'émotion de notre Imane (foi). Sans doute, l'Islam ordonne de faire le Jihaad dans de telles circonstances mais la peur de mourir et l'amour des luxes de la vie ici bas (douniya) nous ont éloignés de cette obligation importante.

Ô ! Jeune homme ! La vrai raison est que nous n'avons pas été soumis au feu qui vous a brûlé. Nous menons une vie paisible et luxueuse. C'est pourquoi nous sommes si loin de la vraie signification du Jihaad. Parfois, nous sentons que la religion de Allah est humiliée. La loi du Coran est devenue moins importantes que celle des Anglais mais, nous pensons tranquillement que notre honneur est encore intact.

Cher jeune homme ! La vraie signification du Jihaad n'a été ressentie que par ces musulmans qui ont été des témoins directs des événements. Nous avons été témoin de tout mais de très loin. Écrire avec le stylo ou parler avec la bouche est très simples mais la personne devant qui sa fille a été décapitée, s'il était questionné sur les règles de la shari'ah concernant le Jihaad, il aurait été sûrement capable de répondre correctement.

Bien que nos yeux ne soient pas aveugles, les circonstances environnantes nous ont éblouis.

Cher Fils ! En vérité, J'admets aussi que le seul chemin pour l'honneur et la dignité de la connaissance et du savoir et le seul chemin vers l'élévation de l'Islam est le Jihaad. Si nous délaissons le Jihaad alors l'ennemi de l'Islam égarera les gens ouvertement. Il détournera les esprits des musulmans de leur 'Oulamas et de leur Dîne. J'admets aussi que pousser les gens au Jihaad et les inviter à travers notre propre participation étaient notre obligation mais, nous l'avons délaissé.

C'est notre amour de la fortune qui régnait quant les mécréants opprimait les musulmans à Bukhara et à Sumarqand. Les 'Oulama d'Afghanistan étaient occupés à débattre des notions de Fardh-ain et de Fardh- kifayah, des conditions du Jihaad, de la shari'ah du Jihaad, etc. Quand, les kouffar les ont attaqués à eux, c'est à ce moment là qu'ils étaient contraints de comprendre ce que signifiait véritablement le Jihaad. Ils ont publié rapidement des Fatawah (verdicts religieux) et ont compté sur leur force naturelle, ils ont même jeûné en affrontant leur ennemi. Aujourd'hui, nous faisons la même chose. Faites dou'âh pour que Allah nous donne la compréhension de cette question avant qu'il ne soit trop tard.

Cher jeune homme ! Que Allah vous récompense ; vous nous avez dirigés vers le chemin à travers lequel nous pouvons gagner le plus haut degré, l'honneur et la liberté. Nous pouvons gagner l'amour de Allah et de son Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui). Sans doute, notre Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui) était le Prophète de la paix et aussi le Prophète de l'épée. Notre Nabi (paix et bénédiction d'Allah sur lui) est allé en avant dans le champ de bataille portant son armure et son épée. Notre Prophète (paix et bénédiction de Allah sur lui) a poussé aussi les Sahabahs dans le champ de bataille. Maintenant, il nous incombe de corriger notre façon d'agir. Nous devons retourner au Cachemire pour protéger nos mères et nos sœurs. Nous sacrifierons nos vies pour notre Seigneur lui témoignant ainsi de son unicité et de la grandeur de son Islam. Inshaâ Allah!

Ô Allah aide nous à comprendre la vérité de nos obligations envers notre Oumma et aide nous à participer et à continuer la lutte par ce Jihaad... Amine... Soumma-Amine.

Lire la suite
1 2 > >>