Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
les tyrans de ce monde / Depuis Mai 2006

Un conte de traîtres : histoire d'hier conséquences d'aujourd'hui

18 Avril 2017 , Rédigé par Ribaat Publié dans #ETUDES & ANALYSES

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

Un conte de traîtres : histoire d'hier conséquences d'aujourd'hui

Forum Al Mourabitoune

Par le Mufti Abu Lubabah

Janvier 2009

 

Mise à jour Avril 2017

 

« Cet article porte deux cartes. Sur la première carte apparaît la péninsule Arabe (le but de leur présence ici est mentionné ci-après). La deuxième carte, comme vous le voyez, montre apparemment juste quelques pays, mais en fait elle indique l'infamie d'un homme, qui a commis une horrible trahison contre des millions de musulmans de l'Hindoustan au Hijaz. » Voir archive historique

Aujourd'hui même, les musulmans de l'Inde, de la Turquie, du Hijaz, de la Jordanie et de la Palestine souffrent de sa trahison. Peut-être, aucune autre personne dans l'histoire récente ne s'est avérée si malfaisante pour les musulmans, vu ce que cet homme a fait.

C'est un fait tragique que l'histoire des musulmans, d'une part, est pleine de personnes vaillantes et dévouées mais, de l'autre, elle donne un exposé de quelques personnes infâmes qui ont provoqué une perte irréparable pour l'Islam et pour les musulmans. Certains d'entre eux ont joué tel des traîtres et l'abominable partie du cours de l'histoire a changée et les ennemis de l'Islam ont obtenu une occasion de répandre d'énormes dommages pour une longue période. Un de ces traîtres a été présenté dans la carte ci-dessous. Le fait le plus tragique est que la pratique de la déloyauté et de la trahison continue toujours dans cette famille même aujourd'hui. Pendant les cent dernières années, cette famille a causé d'énormes pertes aux musulmans Arabe et non Arabe. Nul ne sait combien de temps leur mauvaise pratique continuera.

Combattants de la Liberté

Cette histoire commence avec la deuxième guerre mondiale quand la péninsule Arabe entière était sous le contrôle des Califes ottomans. Les musulmans tout autour du monde ont tenu les Turcs dans une estime élevée pour leur amour de l'Islam, pour les services aux Haramayn-i-Sharifayn et de leur sympathie pour les musulmans. Les anglais étaient hostiles à l'encontre du royaume Ottoman pour atteindre leurs propres objectifs. Ils ont voulu briser le centre de la religion des musulmans, l'unité et la puissance politique de sorte que, d'une part, les britanniques règnent dans le subcontinent et ne puisse faire face à aucun danger et, de l'autre, que le Calife Ottoman ne puisse plus régir la péninsule Arabe. De cette façon les Anglais ont voulu installer leurs dirigeants favoris autour de la Palestine en vue de protéger l'état juif.

C'était l'époque où le Cheikh-ul-Hind, Maulana Mahmoud-ul-Hasan se préparait à lancer un mouvement révolutionnaire armé contre le règne britannique. Il avait projeté de former un escadron de Moudjahidine comprenant ses élèves et des savants vivants dans des régions inoccupées du NWFP (la province frontière du nord-est). Avec cet escadron, il voulu attaquer l'Hindoustan, dirigé par les britanniques, avec l'aide de la Turquie et de l'Afghanistan afin d'en expulser les britanniques et d'établir un gouvernement islamique en conformité avec le Khilafat-i-Rashidah (les Califes bien guidés).

À cette fin, il envoya Maulana 'Obaidullah Sindhi à Kaboul avec la tâche d'organiser les Moudjahidine et s'en est allé lui-même au Hijaz, pour apporter une lettre d'allégeance au Calife Ottoman et recevoir une promesse d'aide pour les Moudjahidines.

Épée à doubles tranchants

Si ce plan avait réussi, la carte du monde aurait été différente aujourd'hui. Mais la même personne maudite (mentionnée au début) a surgi comme obstacle. En raison de sa convoitise pour la richesse et la puissance, la terre arabe s'est échappée des mains fortes du Calife Ottoman et après sa désintégration en petits morceaux, vint sous le contrôle de gouverneurs faibles et amoureux du monde qui dépendent des juifs et des chrétiens. Sous leurs règnes, la richesse des musulmans s'écoula vers Londres et New York.

Le nom de ce traître était Sharif Hussain. Il était le gouverneur de Makkah. Il a poignardé les musulmans avec une épée à doubles tranchants. D'une part, il a assuré les Ottomans qu'il était suffisant pour prendre en main les affaires du Hijaz et des Haramayn et que l'armée islamique devrait être enlevé de là et envoyée pour combattre les Anglais. D'autre part, il, sur les ordres des britanniques, a continué à inciter les Arabes contre le Calife Ottoman.

Cet homme a commis plus d'une trahison. Quand le Sheikh-ul-Hind a reçu la lettre d'appui (connu sous le nom de Ghalib Nama) de Ghalib Pasha, le gouverneur du Hijaz et une lettre différente portant le même texte d'Anwar Pasha, le ministre de guerre de l'empire Ottoman, il voulu atteindre les zones tribales par l'intermédiaire de l'Afghanistan et recueillir les musulmans de l'Inde sur la base de la lettre, pour lancer une attaque sur les britanniques. À ce moment crucial, l'homme maudit a arrêté le Sheikh-ul-Hind et ses compagnons sur les ordres des britanniques. Plus tard, le Sheikh-ul-Hind a été envoyé en Egypte et puis à Malte, où il a passé une longue période en prison.

En raison des actes perfides de Sharif Hussain, l'Hindoustan ne pu se trouver sous le contrôle des lois musulmanes, et les endroits saints, aussi, ne pourraient plus demeurer longtemps sous la commande de l'empire Ottoman. La péninsule arabe entière fut désagrégé en morceaux (carte 1) et son règne de puissance a été capturé par ces gens, qui ont des tas de richesses et de ressources mais n'aide jamais les musulmans de Palestine et d'autres régions du monde. S'ils ne peuvent pas effectuer des opérations militaires contre « l'Israël », ils peuvent au moins financièrement aider les réfugiés palestiniens dans les pays voisins et permettre ainsi à la jeunesse palestinienne de participer au jihad sans avoir à se préoccuper de problèmes économiques et financiers. Mais ces dirigeants sont peu disposés à faire même cela.

Shérif Hussein Ibn 'Ali de la Mecque en 1924, après avoir abdiqué en faveur de son fils 'Ali. Photo prise à Amman (capitale actuelle de la Jordanie).

'Abdullah Ibn Hussein qui a été battu par les chefs Utaiba, Ibn Bijad et Ibn Luway, à la bataille de Turabah en 1919.

Les mains impies

L'agent des Anglais, Sharif Hussain, a eu l'avidité d'être le gouverneur du Hijaz après la chute de l'empire Ottoman, mais son désir n'ait pas été réalisé. Après que le Hijaz fut prit par la famille de Saoud, les britanniques se sont détournés de lui, et il a dû honteusement s'échapper de là. (Regardez la flèche dans la carte 2).

Plus tard, les Anglais lui ont assigné un autre travail, qui fut fait par sa progéniture après sa mort. Même après avoir éprouvé l'infidélité des britanniques, l'homme maudit a de nouveau accepté d'agir en tant que leur pion. Sa famille a effectué ce devoir de génération en génération.

Cette fois, il lui a été donné la tâche d'administrer la surveillance de la Palestine EST (c.-à-d. la Jordanie), d'y protéger les intérêts des sionistes, pour ne pas permettre à n'importe quelle aide d'atteindre les musulmans palestiniens et de couper la Palestine de tout contact avec le monde extérieur. Depuis cette époque, lui et sa progéniture ont tout fait pour protéger les intérêts juifs. Il a étendu autour de la Palestine un tel blocus qui est plus à l'avantage des juifs oppresseurs qu'aux Palestiniens opprimés. La descendance de cette famille déloyale a été traitée séparément.

Après la mort de Sharif, un de ses fils est devenu le dirigeant de l'Irak et de la Syrie et l'autre a régné sur la Jordanie. Le règne sur l'Irak et la Syrie a été arraché à cette famille en 1958. Cependant, la Jordanie reste toujours entre des mains impies.

Canard Malade

Son fils 'Abdullah fils de Hussain a régné sur la Jordanie pendant 30 années (1921-1951). Pendant cette période, « Israël » a été créé mais le gouverneur traître a seulement observé le spectacle. Après sa mort, le petit-fils de Sharif Hussain, Talaal bin 'Abdullah devint le régnant de la Jordanie. Il ne pu régner sur le pays qu'une seule année (1951-1952) et a dû quitter le trône suite à une maladie mentale. Il a été remplacé par son fils Hussain fils de Talaal, qui est connu comme le Roi Hussain. Il a transformé la Jordanie en un centre protecteur du sionisme pour environ la moitié d'un siècle. Pendant son règne, « Israël » a attaqué et a occupé la Cis Jordanie (rive ouest du fleuve Jordan), la divisant en deux parts appelées « Yahooda » et « Samrah ». Le Roi Hussain a infligé un traitement brutal aux réfugiés palestiniens et ne fit rien que pleurnicher bassement comme un sale canard malade.

En attendant, Bait-al-Maqdis (Jérusalem) a été remis à « Israël » pendant une guerre fabriquée. Au lieu de reprendre la terre sacrée, il a non seulement officiellement reconnu « Israël » mais il a également fourni des bases militaires à l'Amérique et à la Grande-Bretagne pour protéger « Israël ». Ses relations extraordinaires avec les juifs peuvent être visualisé par le fait qu'à la mort du premier ministre israélien, Ishaq Rabin, il est allé à sa tombe et a fondu en larmes, tandis que les traditions juives ne permettent pas à un musulman de venir aux tombes des juifs. Quand le Roi Hussain est devenu malade du cancer, des prières spéciales pour sa santé ont été offertes dans les endroits de culte juifs.

Retourner le couteau dans la plaie

Il était si mauvais que pour protéger l'intérêt sioniste, il n'a pas hésité à effectuer des atrocités sur les palestiniens. En septembre 1970, trois mille Palestiniens ont émigré en Jordanie après avoir été épuisés par l'oppression israélienne. Tous ont été tués sur ses ordres. Les Palestiniens ont appelé ce mois le « septembre noir ». Ces réfugiés palestiniens qui avaient l'habitude d'effectuer des opérations en Palestine occupée (Israël) ou des protestations contre l'Israël ont été brutalement torturés et leur voix a été anéantie.

En reconnaissance de ces services par le Roi Hussain, beaucoup de dirigeants mécréants, comprenant cinq chefs d'Etat juifs et chrétiens les plus compromis, ont assisté à son enterrement. Les Palestiniens lui ont donné des mauvais noms mais « Israël » a baptisé une route à son nom, une route qui mènera certainement les traîtres en enfer.

Aujourd'hui, le fils du Roi Hussain est le gouverneur de la Jordanie. Sa mère était une chrétienne britannique. Le Roi Hussain a eu deux épouses ; une juive et l'autre chrétienne britannique. Ceci indique également ses très proches relations avec les juifs et les chrétiens. Le roi 'Abdullah, qui a été élevé d'une façon particulièrement non Islamique, suit les pas de son père et fait tout pour retourner le couteau dans les plaies des Palestiniens et pour bloquer n'importe quelle aide qui leur est destiné.

Attendons que la vengeance divine commence et que la famille de traître rencontre sa fin.

 

Partager cet article

Repost 0