Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
les tyrans de ce monde / Depuis Mai 2006

Jihad électronique ?

18 Avril 2017 , Rédigé par Ribaat Publié dans #ETUDES & ANALYSES

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

Jihad électronique ?

Forum Al Mourabitoune, par Mudakir

21 Avril 2009

Révision Ribaat

Posté en Août 2009

Mise à jour Avril 2017

 

 

PARTIE 1 :

Des pirates informatiques infiltrent le Pentagone

Des pirates informatiques ont réussi à s'introduire dans le plus coûteux programme d'armement du Pentagone à ce jour, le projet de l'avion de chasse F-35, affirme mardi le Wall Street Journal.

Citant des responsables actuels et passés du gouvernement américain, le quotidien explique que des pirates informatiques ont réussi à copier des données concernant ce programme de 300 milliards de dollars également baptisé Joint Strike Fighter, ce qui pourrait le rendre plus vulnérable. Des intrusions semblables ont été enregistrées ces derniers mois dans le système de contrôle aérien de l'armée de l'air américaine, selon les mêmes sources. Le Wall Street Journal avait déjà fait état du piratage des ordinateurs utilisés pour gérer le système de distribution d'électricité et d'autres infrastructures aux Etats-Unis.

Cette dernière intrusion montre une escalade depuis six mois dans les actions des pirates pour obtenir un accès à des données vitales pour la sécurité des Etats-Unis, à moins qu'une plus grande vigilance n'ait conduit à les découvrir, selon un ancien responsable.

Ce dernier, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, a estimé qu'«il n'y avait jamais rien eu de ce genre» avant cela et que d'autres branches de l'armée ainsi que des sociétés privées sous contrat avaient aussi été touchées, soit en gros «tout ce qui fait marcher le pays».

On ignorait dans un premier temps la source et la gravité de cette intrusion. Les données les plus sensibles concernant le programme du F-35 sont censées être stockées dans des ordinateurs non reliés à internet.

Mais un ancien responsable cité par le WSJ, toujours sous le couvert de l'anonymat, a montré du doigt la Chine.

Un récent rapport du Pentagone souligne que la guerre cybernétique fait partie des priorités de Pékin, et que de nombreuses intrusions dans le réseau d'ordinateurs du gouvernement américain et d'autres pays dans le monde «semblent être venues» de Chine.

Source: Agence France-Presse (Washington) 21 avril 2009 | 08 h 38

PARTIE 2 :

Des oulémas marocains appellent à la résistance cybernétique. Mais des cheikhs saoudiens prônent la e-tolerance.

Tawakoul (Le véritable héros est celui qui brise toutes les idoles et l'idole de tout homme c'est son égo.)

L’Occident parle de « terrorisme virtuel », alors que des caricatures du Prophète Mohammed (Paix et Bénédiction d’Allah sur lui) sont écoulées sur le Net.

Un site internet danois mettant en vente des caricatures du Prophète Mohammed (Paix et Bénédiction d’Allah sur lui) a été piraté. Des hackers ont bloqué la version internationale du site, a rapporté une dépêche de l’AFP, le 20 avril. Aux dernières nouvelles, il ne s’agirait pas de hackers conventionnels, mais de « cyber-jihadistes ». Laissant tomber les armes et la poudre pour s’équiper uniquement d’un clavier d’ordinateur. Ils sont des milliers dans le monde à mener le "Jihad électronique". Une tendance qui a le mérite de faire couler de l’encre plutôt que le sang d’innocents.

En réponse aux offensives israéliennes contre Gaza, des oulémas marocains ont ainsi encouragé, au début de l’année 2009 tous ceux qui possèdent des connaissances en informatique à rejoindre les rangs de la résistance… électronique. Pour porter la « guerre sainte » sur le front du Net et la mener contre des sites israéliens. Ainsi, des « snipers », comme on surnomme les hackers au Maroc, ont réussi à attaquer plusieurs sites israéliens, dont quelques-uns stratégiques. En 2008, plus de 400 sites israéliens ont ainsi été « défacés ».

E-tolérance saoudienne

Paradoxalement, des pays comme l’Arabie Saoudite (hypocrite et ennemi de l’Islam, allié des mécréants), se sont mis récemment à prôner la « e-tolérance ». A l’exemple de Cheikh Salah Fawzan, membre du haut comité des Oulémas ainsi que du comité permanent d’Al-Ifta,« le Jihad électronique contre les sites juifs n’est pas autorisé, et ne sert en rien les Musulmans ». Le cheikh va même plus loin : « ce que font certains Musulmans en matière de piratage de certains sites électroniques juifs, leur destruction électronique et la détérioration de leur contenu, ce qui provoque des dommages matériels à leurs propriétaires, ne portent pas préjudice à ces derniers, dans la mesure où ils disposent de la capacité et des outils nécessaires pour corriger les failles, et s’en prennent, par la suite, encore plus aux Musulmans ». (la routine des savants du mal, alliés des Etats-Unis)

De nombreux forums, et des médias arabes ont du reste largement évoqué les cyber-attaques menées par des Musulmans. D’ailleurs, au mois de Septembre, le site internet du Vatican a été victime d’une offensive de la part de pirates. Ce sont les propos qu’avait tenus le Pape Benoît XVI, lui-même, que d’aucuns ont jugé diffamant qui sont en ligne de mire.

Nouveau type de terrorisme ?

Les pays occidentaux eux, prennent ces nouvelles menaces très au sérieux. Ils tentent tant bien que mal de se prémunir contre ce qu’ils considèrent comme étant « un nouveau type de terrorisme ».C’est ainsi qu’un symposium international sur le terrorisme et la sécurité informatique, a eu lieu, le 16 avril, en Espagne. Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Terry Davies, a souligné que « Internet est devenu un "outil clé" et une "arme" à part entière pour une nouvelle génération de terroristes. » Dès lors, « Internet peut être utilisé comme une nouvelle arme non-conventionnelle mise au point part une nouvelle génération d’activistes spécialistes en informatique ».

Jihad électronique ?

Et pour cause. Ces dernières années, des sites spécialisés dans l'organisation et la coordination de cyber campagnes offensives visant des sites web israéliens, américains, et danois, sont apparus. On comprendra aisément la raison de la présence des sites scandinaves sur la liste…

Cependant, pour M. Thomas Hegghammer, expert au sein de l'Institut norvégien de recherches et de la défense, « il ne faut pas exagérer le danger que constitue le jihad électronique. » Il précise: « Ce n'est pas parce qu'ils sont jihadistes qu'ils sont plus dangereux que les pirates professionnels d'Europe de l'Est : en définitive, tout dépend de leur expertise technique, et il n'y a rien dans leur idéologie qui les rende plus compétents en la matière que qui que ce soit d'autre ». M. Hegghammer précise : « Provoquer la fermeture d'un site web n'est pas difficile. Pour l'instant, il n'y a pas d'exemple de cyberattaque qui ait provoqué des dommages physiques ».

Source : tekiano

Partager cet article

Repost 0