Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
les tyrans de ce monde / Depuis Mai 2006

Dossier Nike : l'empire obscur...

13 Avril 2017 , Rédigé par Ribaat Publié dans #ETATS-UNIS

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

Dossier Nike : l'empire obscur...

Ribaat

Posté en Mai-Juin 2009

Mise à jour Avril 2017

 

SOMMAIRE

Introduction.

Article 1 : L’entreprise « Nike & Crime ».

Article 2 : Nike et les droits de l'homme.

Article 3 : Nike et le harcèlement sexuel.

Article 4 : Nike et l’idolâtrie.

Article 5 : Le système démocratique du « dollar-dieu ».

Article 6 : Michael Moore parle à Phil Knight.

Article 7 : L’arme du Boycott, efficacité prouvé 3

Conclusion.

INTRODUCTION

Ribaat

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les marques, on ne se bouscule pas trop chez l’entreprise vampirique NIKE pour changer les choses : pourquoi n’agirait-il pas comme l’impose leur slogan en respectant et payant de façon juste leur travailleur esclave : JUST DO IT « simplement fais-le » seront-ils comprendre ?

Comme beaucoup d’autres, Nike&co, préfèrent profiter de la pauvreté des pays pauvres pour produire leurs articles à bas prix sous le joug des dictateurs locaux et la « démocratie » !

ARTICLE 1 :

L’entreprise « Nike & Crime »

fusa2.free.fr

Organisation contre l'impérialisme américain.

11/11/2002

L'entreprise « Nike & Crime »

Nike fait partie de ces grandes multinationales sportives et vestimentaires qui sont régulièrement dénoncées pour la façon dont elles traitent leurs employés dans des pays en voie de développement. Les conditions de vie déjà précaires des femmes et enfants sans ressource sont mises à profit pour transformer cette main d'œuvre démunie en travailleurs serviles, surexploités et sous-payés. La dernière grande affaire médiatique autour de ce thème avait été l'affaire des ballons de football de la coupe du monde 1998 produits par des enfants.

Quelques chiffres :

 

Chiffres d'affaires et bénéfices de l'entreprise.

Année

Chiffre d'affaires

Bénéfices

2000

9 milliards d'Euros

0.58 milliards d'Euros

1998

8,98 milliards d'Euros

0.45 milliards d'Euros

   
   
   

 

 

Les actionnaires de Nike.

Actionnaires

Pays

Capital

(en %)

Barclays Plc

Royaume-Uni

4.1

Berkshire Hathaway-Ci A

Etats-Unis

2,9

Capital Research & Management Inc.

Etats-Unis

10

Dresdner Bank AG

Allemagne

2.9

FMR Corp. (Fidelity Investments)

Etats-Unis

5.2

Knight, Philip

Etats-Unis

36

Morgan Stanley Dean Witter

Etats-Unis

2.2

State Street Corp.

Etats-Unis

2.7

Vanguard Group Inc.

Etats-Unis

2.5

Wellington Management Co.

Etats-Unis

3.4

(Chiffres issue du : www.transnationale.org/fiches/125.htm)

Le salaire du PDG, Philip H Knight qui possède 30% du capital de Nike, était de 2.81 millions d'Euros en 1998. Site officiel : http://www.nike.com

La politique étrangère de l'entreprise :

Nike pourrait être jugé pour crime contre l'humanité, mais les effets de la mondialisation et la corruption rendent cette entreprise intouchable.

Docteur Jekyll et Mr Hyde

« Les protestations contre les conditions de travail abominables dans les usines Nike sont récurrentes depuis les années 1990 : en dépit de son image progressiste aux Etats Unis, Nike est une entreprise tout autre au Vietnam et en Asie. Le harcèlement physique et sexuel, les salaires de misère et le système des quotas de production sont confirmés à la fois par des enquêtes de presse (notamment CBS) et par les ONG sur place. Lors de la réunion des actionnaires de Nike en 1997, des manifestants ont remis une lettre signée par 45 organisations du monde entier condamnant les abus commis dans les usines et réclamant un nettoyage de ces pratiques. » (Citation sur E-Boycott)

 

 

 

 

 

 

 

En Indonésie

 

Une nouvelle enquête de la Mission sur la Communauté Urbaine de Jakarta menée sur 3500 employés de Nike montre que les travailleurs sont soumis à des punitions excessives et à du harcèlement verbal.

Les femmes indonésiennes fabriquant les vêtements et les chaussures Nike sont l'objet de punitions insensées si elles travaillent trop lentement ou contreviennent à des règlements de l'usine. Ces sanctions incluent des réductions de salaires, des coups, pincements, tiraillements sur les fesses, les oreilles, l'obligation de courir autour de l'usine ou de rester des heures au soleil debout dans la cour (être « séchée au soleil »). Les insultes incluent l'équivalent indonésien de phrases telles que « Fuck You ! » ; « You Idiot ! » ; « You Whore ! » et « You Pig ! ».

Ce problème n'est pas nouveau : deux ans auparavant, une enquête menée par un professeur australien avait montré que les contremaîtres d'un des fournisseurs de Nike étaient systématiquement entraînés à insulter les travailleurs.

L'enquête en Indonésie rapporte également que les travailleurs sont contraints de faire des heures supplémentaires, que les salles de travail sont mal aérées, que l'accès à l'eau potable est médiocre et que les salaires sont pour 77% des travailleurs inférieurs à 2 euros par jour (hors heures supplémentaires). Enfin, des militaires sont employés pour assurer la « sécurité » dans les usines lors des négociations sur les salaires, en fait pour intimider les employés...

Au Salvador

Dans l'usine de Formosa (qui produit à la fois pour Nike et pour Adidas), des travailleurs sont battus, intimidés et forcés de vivre avec des revenus inférieurs au seuil de subsistance. Une jeune mère de 22 ans a été licenciée pour avoir pris un jour de congé pour s'occuper de son enfant malade. D'autres l'ont été pour avoir voulu créer un syndicat dans l'usine. Là encore, les témoignages rapportent la violence physique et verbale, les humiliations, le temps de travail excessif pour des salaires insuffisants. Quant au supposé « code de bonne conduite » de Nike, aucun des travailleurs ne l'a vu affiché...Vers le haut de la page...

Au Vietnam

« You have to meet the quota before you can go home. She hit all 15 team leaders in turn from the first one to the fifteenth... The physical pain didn't last long, but the pain I feel in my heart will never disappear. »

Ce sont les paroles de Thuy et Lap, deux ouvrières vietnamiennes de Nike, diffusées sur CBS en 1996. Et il semble que ce ne soit qu’un bien faible partie de la réalité, confirmée, quantifiée et documentée par un rapport de Conseil de Surveillance du Travail au Vietnam en 1997. Des ouvriers auraient été licenciés pour avoir parlé avec des journalistes. Des conditions de travail horribles et similaires sont confirmées dans les usines Nike de Chine, où de graves risques d'incendie ont été détectés (…)

Commentaires :

Posté par Fraizer

Les marges des magasins

28/01/2004

Juste pour infos les marges des magasins type Décathlon ou Inter-sport ou autre petite boutique se font sur se type d article une marge de 40% du prix de la vente pareil pour les rollers...

*****

Posté par Deuxoufs

Info sur le prix de revient
30/07/2004

Concernant les polos Nike, j'ai vu dans un doc que si le salaire des ouvriers qui sont à la base de la chaine de production était multiplié par 2, cela aurait un impact de 0,5 us $ sur le prix de vente final qui est en moyenne de 50 $. Disons simplement que si nous sommes contre l'exploitation de la misère, chaque fois que nous achetons un polo Nike (entre autre) nous cautionnons cette misère, et nous portons complice de cette exploitation. Boycottons Nike, Coca, McDonald’s, Colgate Palmolive (dont le PDG a encaissé l'an dernier à titre perso prés de 180 millions de $) ainsi que toutes les marques qui sont à l'origine d'une politique que nous refusons.

Source : http://fusa2.free.fr/?Rub=Dossier&Act=Nike

 

ARTICLE 2 :

Nike et les droits de l'homme

fusa2.free.fr

Organisation contre l'impérialisme américain.

28/01/2004

Révision Ribaat

Un article du journal le Monde résumant assez bien la situation.

« Nike commence à trouver trop élevés les salaires asiatiques »

LE MONDE | 24.06.1997 à 00h00

Auteur : Jean-Claude Pomonti

(Extrait) : Les dix mille employés de PT Ardaya Aneka, sous-traitant de Nike en Indonésie, ont obtenu une augmentation de 10,7 % de la masse salariale à la suite d'un débrayage, fin avril, au cours duquel deux voitures ont été incendiées et les bureaux de l'entreprise saccagés. Tout en se félicitant de cet accord, un porte-parole du géant américain de la chaussure de sport n'en a pas moins exprimé ses « préoccupations » à la suite de l'augmentation jugée trop rapide des salaires les plus faibles en Indonésie, économie émergente de deux cents millions d'habitants dont le revenu par tête est encore évaluée à moins de huit mille francs par an. « La question est de savoir, a-t-il dit, si l'Indonésie est en passe de devenir trop chère par rapport au marché ».

Au Vietnam, à Hô Chi Minh-Ville, un autre sous-traitant de Nike, le sud-coréen Sam Yang, connaît des ennuis de nature différente : les employés, soutenus par les autorités, ont protesté en avril contre les méthodes, à leurs yeux trop musclées, de la direction et ont réclamé des hausses de salaires. Le groupe, qui emploie 6 000 personnes dans l'usine de Cu Chi près de l'ancien Saïgon, (...)

Nike fait partie de ces multinationales qui produisent dans le tiers monde pour vendre dans les pays développés, les deux tiers de sa production proviennent d'Indonésie, du Vietnam et de Chine. Ses ventes 6,4 milliards de dollars en 1996 avec 553 millions de profits nets s'effectuent à 63 % aux États-Unis, dont chaque habitant investit en moyenne 120 F par an dans des chaussures Nike contre 24 F pour un Japonais et 0,03 centimes pour un Chinois.

En sous-traitant 99 % de sa production en Asie, où 75 000 personnes produisent les légendaires chaussures de sport, Nike a délibérément choisi de piétiner les plus élémentaires règles sociales édictées par l'Organisation internationale du travail (OIT). En Indonésie, 6 500 ouvriers travaillent pour Nike 60 heures par semaine, avec des pointes à 97 heures. Chaque ouvrier est tenu de produire 350 paires de chaussures par mois, d'une valeur de 30 000 dollars au détail, pour un salaire de 40 dollars. Le salaire annuel cumulé des ouvriers indonésiens représente moins de la moitié des appointements des treize membres du conseil d'administration de Nike soit 5,2 millions de dollars.

D'une manière générale, la part du salaire de l'ouvrier indonésien, ou chinois, dans la fabrication d'une paire de chaussures équivaut à une fourchette de 0,2 % à 0,8 % du prix de vente, soit quatre fois moins que les seuls dividendes versés aux actionnaires.

Philipp Knight s'est d'abord installé au Japon, puis en Corée du Sud puis à Taïwan. Les coûts croissants de la main d'œuvre dans ces pays dont les économies se sont progressivement orientées vers des produits à haute valeur ajoutée l'ont tout naturellement amené à se tourner vers la main d'œuvre abondante et bien moins onéreuse des masses chinoises, vietnamiennes et indonésiennes.

Demain, une fois la Chine et l'Asie du Sud-Est « trop chères par rapport au marché », Nike se délocalisera peut être en Afrique...

Sources :

http://fusa2.free.fr/?Rub=Article&Act=Lire&Ent=1&ID=61

http://www.lemonde.fr/archives/article/1997/06/24/nike-commence-a-trouver-trop-eleves-les-salaires-asiatiques_3785367_1819218.html?xtmc=nike&xtcr=3

Secours:

http://archives-fig-st-die.cndp.fr/dossiers/f05/nike/exo.htm

ARTICLE 3 :

Nike et le harcèlement sexuel

fusa2.free.fr

Organisation contre l'impérialisme américain.

28/01/2004

Révision Ribaat

La persistance toujours croissante amène à de graves révélations. Un pas vers plus d'humanité ou de la poudre aux yeux ?

« Nike confronté aux violences sexuelles et physiques chez ses fournisseurs indonésiens »

LE MONDE | 23.02.2001 à 13h33

Auteur : Laure Belot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le géant du sport, dans la ligne de mire des associations de consommateurs depuis des années, multiplie les actions pour assainir les conditions de travail chez ses fournisseurs d'Asie ou d'Amérique du Sud. En partenariat avec la Banque mondiale, le groupe américain a diligenté une enquête de grande ampleur dans neuf sites indonésiens. Les résultats montrent l'étendue des problèmes à résoudre et le retard global de l'industrie.

C'EST une première. Nike, le groupe dirigé par Philip H. Knight, a rendu public, jeudi 22 février (2001), un rapport accablant sur les conditions de travail chez ses sous-traitants en Indonésie. Selon les termes même du rapport : « presque 2,5 % des salariés ont déclaré avoir été victimes d'attouchements sexuels et 8 % de commentaires à caractère sexuel inappropriés. Plus de 3 % d'entre eux ont déclaré avoir été victimes d'abus physiques de la part de leur hiérarchie, des reproches verbaux abusifs ».

Le rapport ajoute que : « des faveurs sexuelles auraient été réclamées en échange d'emplois dans deux usines et deux incidents auraient entraîné le décès de salariés qui seraient survenus en dehors du lieu de travail ».

Ces résultats ont été obtenus par une enquête longue et approfondie auprès de quatre mille salariés, sur cinquante-quatre mille, de neuf sites de fabrication produisant des chaussures, des vêtements ou accessoires de la célèbre marque en forme de virgule. En tout cinq mille heures d'écoute ont été nécessaires. Jamais une multinationale n'avait mis autant de moyens pour connaître les conditions réelles de travail des salariés chez ses sous-traitants. Ce rapport, autant par ses révélations que sa publication, marque un tournant dans la courte histoire de la délocalisation industrielle mondiale.

ENGAGEMENT ÉTHIQUE

Cette enquête a été menée par la Global Alliance, une organisation indépendante créée à l'initiative de Nike en 1999, en partenariat avec la Banque mondiale. Lors de sa création, Nike déclarait vouloir étudier les conditions de travail dans le monde et faire émerger des témoignages. (Le Monde du 2 Juin 1999).

« A l'époque, nous ne savions pas vraiment où la Global Alliance allait nous mener », reconnaît aisément Maria Eitel, vice-présidente chargée de l'engagement éthique chez Nike.

Le groupe a désormais la réponse. Les entretiens anonymes, en tête-à-tête, font jaillir ce qui était tu : « Oui, nous avons été surpris qu'il y ait autant de problèmes en Indonésie, explique-t-elle. Ces résultats sont préoccupants mais c'est exactement ce que nous voulions savoir. Nous avons ouvert les portes et donné la parole ». L'entreprise a détaillé, jeudi, une série de mesures pour remédier à la situation.

Nike, dans la ligne de mire des associations de consommateurs depuis des années, a multiplié les actions pour tenter d'assainir les conditions de travail chez ses fournisseurs asiatiques ou sud-américains. Ses 420 sites sous-traitant ont été « socialement » audités par le cabinet PricewaterhouseCoopers. Mais : « ces audits-là sont efficaces pour vérifier les niveaux de salaire, les dépassement d'heures, mais pas pour contrôler les conditions sociales de travail » admet Mme Eitel. En outre, trente salariés de Nike sillonnent la planète pour vérifier l'application du code maison, des contrôleurs étant même à demeure chez les sous-traitants les plus importants.

Ces méthodes ont toutes montré certaines faiblesses. Nike a tout d'abord tenté d'éviter le problème. Depuis maintenant trois ans, après une pression sans relâche des organisations non gouvernementales, l'entreprise y fait face.

EFFET D'ENTRAÎNEMENT

A l'opposé de la grande majorité des groupes mondiaux tout aussi concernés. Tout est une question de moyen. Outre le recrutement de cadres et d'équipes de haut niveau pour gérer ces problèmes, Nike a pratiquement doublé ses dépenses annuelles pour participer à Global Alliance. Celle-ci a pour l'instant un budget de 14 millions de dollars (15,4 millions d'euros) pour cinq ans. Nike en a apporté 7,8 millions, Gap, 5 millions, le reste étant donné par des universités et des fonds privés. Cette organisation attend que d'autres groupes la rejoignent.

Nike prévient : « Nous avançons dans ce processus, mais si nos concurrents n'ont pas la même démarche, nous pourrions à la longue ne plus être compétitif » note Maria Eitel.

Les entreprises pionnières en matière de contrôle, qu'elles soient européennes ou américaines, veulent susciter un effet d'entraînement. De nombreux pays de sous-traitance n'ont pas ratifié certaines conventions sur l'interdiction du travail des enfants ou du travail forcé. Une pression générale des clients occidentaux est, de l'avis des pionniers, nécessaire pour faire véritablement changer les choses (Le Monde du 1er janvier 2001).

Nike continue en tout cas à prendre le taureau par les cornes et s'attaque à la Chine. En mars 2001 commence l'inspection sociale de dix sites dans les régions de Guangzhou et Fuzhou. Environ 4500 salariés travaillant dans des entreprises textiles et de chaussures vont être interrogés un à un, anonymement. Les résultats devraient être publiés dans quelques mois.

Source :

http://www.lemonde.fr/archives/article/2001/02/23/nike-confronte-aux-violences-sexuelles-et-physiques-chez-ses-fournisseurs-indonesiens_149950_1819218.html?xtmc=laure_belot&xtcr=2

 

Secours :

http://fusa2.free.fr/?Rub=Article&Act=Lire&Ent=1&ID=43

http://archive.indymedia.be/news/2002/01/15969.html

 

ARTICLE 4 :

Nike et l’idolâtrie

 

Extrait des Livres de Ribaat,

« Livre 42 : L’idolâtrie mondiale »,

1er Edition Octobre 2015.

-- Idolâtrie des MARQUES (20ème et 21ème siècles après le Prophète Jésus) culte du Prestige --

Ribaat

Les marques de prestige ou commerciale, sont des vecteurs hypnotiques personnifiant la personne qui achète sa marque préférée dans la chaussure, le textile, la technologie, et autres utilités pour l’homme. Ne pensez jamais, que cela fasse de vous une meilleure personne, mais simplement, les médias et les commerciaux ont tellement amplifié les marques, que parfois, vous pensez êtres quelqu’un de très estimé, en adoptant ou portant ces enseignes que vous achetez. C’est le culte du PRESTIGE (inspirer aux autres l’admiration de soi), et ce manifeste souvent par les maladies de l’OSTENTATION (attitude d’une personne qui cherche à se faire remarquer) et du MATÉRIALISME (la vie ici-bas et la matière sont poussées excessivement vers l’adoration) !

Ainsi, Allah notre Créateur qui devrait être dans notre cœur, aimé et estimé, est finalement remplacé par une fabrique commerciale, que vous adoptez et amplifiez aux yeux de tous. On peut aller plus loin dans le raisonnement, par exemple ; quand vous portez votre marque de paire de basket préférée, l’entreprise ne vous paye pas, afin d’être un panneau publicitaire ambulant, là où vous marcherez, mais vous le faites gratuitement !

Puis, vous avez certaines marques criminelles qui dénigrent Allah le Très Haut ! Par exemple la marque sportive corrompue de « FILA » dénoncer depuis mon enfance par mon entourge scolaire, cette emblème tire sa source de deux mots : « fi » et « la » ! L’expression commune « fi » veut dire littéralement « le dégoût, la désapprobation » ; et l’expression « ila » veut dire en Arabe littéraire « Dieu » c’est-à-dire « ilah » ! La société réunira ces deux mots « fi-ilah » ; en supprimant le « i » supplémentaire et le « h », ce qui donnera la marque « fila ». L’un comme l’autre, le sens et la prononciation ne change pas, mais cela permet d’être plus discret dans ce choix, insultant Allah notre Créateur Intouchable et Transcendant ! Dans mes nouveaux décryptages en date de Juin 2015, nous pouvons voir précisément sur le logo caricatural, les trois dernières lettres « ILA », l’écriture qui forme, une fois tourné dans l’autre sens, la calligraphie exacte en Arabe pour dire « Dieu », et qui se lit de droite à gauche !

Que Allah, maudit les intentions obscures de cette entreprise qui désapprouve notre propre Créateur, Allah le Dieu Unique, sous couverture du « sport », amine ! Chers croyants et croyantes, ne portez donc plus, CETTE MARQUE DE SATAN !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, et en règle générale, ces monstres des marques profitent de la pauvreté et de la misère des gens aux quatre coins du monde. Ils fabriquent au plus bas, le prix de leurs articles dans les pays sous-traités du tiers-monde sous le joug des gouverneurs Démocrates, Communistes et Despotes ; puis ; vous le revendre au prix le plus fort, exportés en Occident. Et cela, trop souvent pour craquer votre portefeuille ; pendant que les marques commerciales les plus riches et les plus corrompus se frottent les mains !

De l’autre côté, la misère des pauvres et des enfants SUREXPLOITÉS, travaillent durement pour SURVIVRE et non pour vivre décemment comme la plupart des pays Occidentaux ! Et ainsi de suite, pour d’autres marques touchant des domaines différents. À titre d’exemple, est l’entreprise « NIKE » la plus corrompu des marques sportives de la planète ! Publié par le directeur Phil Knight, le 13 Avril 2005, son entreprise Nike possède 704 USINES DE SOUS-TRAITANCES à travers le monde, dont plus de la moitié en Asie ! Citons les plus exploitées : Nike soustraite en Chine 124 usines ; en Thaïlande 73 usines ; en Indonésie 39 usines ; en Corée du sud 35 usines ; au Vietnam 34 usines ; en Malaisie 33 usines ; au Sri Lanka 25 usines ; au Mexique 20 usines ; en Taïwan 19 usines et en Inde 18 usines !

La devise de NIKE « JUST DO IT » (SIMPLEMENT FAIS-LE) est manifeste à l’encontre de ces esclaves qui travaillent durement pour un peu de pain quotidien ! Pire encore, cette devise ou slogan provient d’un tueur en série, puisque l’homme d’affaires Dan Wieden, directeur d’une agence de publicité appelé « Wieden + Kennedy », explique qu’il s’inspira en 1988, des dernières paroles du condamné à mort, Gary Gilmore ; ce dernier avait prononcé les mots « Let’s do it » littéralement « Faisons-le » juste avant le peloton d’exécution dans l’Utah en 1977 ! Un article du New York Times fût publié à ce sujet, le 20 Août 2009, et intitulé « The Birth of 'Just Do It' and Other Magic Words » consultable sur ce lien : http ://www.nytimes.com/2009/08/20/business/media/20adco.html?_r=0

D’autres usines existent aussi en Europe et aux États-Unis ; mais le salaire et la faiblesse des PAYS PAUVRES ou du tiers-monde chez les familles démunies, sont largement surexploités, avec ses lots interminables et quotidiens de mauvais traitements, envers ces malheureux enfants et adultes devenus des esclaves/ouvriers pour la première firme mondiale de matériel et vêtement de sport, au 21ème siècle ! Le nombre édifiant d’usines pour le système Nike parle d’elles-mêmes ! Souvent protester dans le monde pour ses conditions de travail, et parfois juger pour corruption en flagrante délie, payant parfois de lourde amende, l’organisation Nike semble guère se préoccuper de l’environnement et de la dignité humaine, puisque jusqu’à ce jour, les rapports de plaintes et de corruption quotidien exécrés sur ces travailleurs pauvres, sont toujours croissants !

Ce qui est étonnant, c’est que ces entreprises vampiriques « légalisés », payes à coup de milliards, des joueurs sportifs reconnus mondialement, pour porter les symboles de Nike, Adidas, etc. Ceci, afin de béatifier les marques aux yeux du monde avec ces lots d’achat aveugle ; sans compter que ces mêmes athlètes de haut niveau ou sportifs internationaux sont parfois adorés à l’extrême par le commun des gens ; avec ces lots d’idolâtrie sous forme de poster ou effigie à titre d’exemples ! Effectivement, la publicité et les médias généralement complices des tyrans de ce monde, jouent énormément dans le conditionnement des masses, surtout chez les jeunes et les naïfs pour VENDRE DU RÊVE ET LES MYTHES !

Encore plus étonnant lors de l’étude de l’antiquité, je constate que le mot de l’entreprise Nike tire son origine de l’idole « Niké » parmis les innombrables noms d’idoles issues de l’idôlatrie mondiale. En effet, dans la Mythologie grec, l’idole « Niké » (en Grec ancien Νίκη / Nikê) est la déesse de la Victoire, sortie de l’imagination des poèmes et écrivains Grecs, ceux de Déméter et d’Hésiode ! Le symbole appelé « Swoosh » sera dessiné en 1971 par Carolyn Davidson ; une étudiante en graphisme à l’Université d’État de Portland ; elle est supposée donner une idée de mouvement dans la fameuse virgule du logo Nike qui représente de manière stylisée l’aile de la déesse « Niké », pour le compte de Phil Knight, le futur Gourou de l’entreprise Nike !

Ci-dessus est représentée une statue Grec de 5m57 au musée du Louvre dite la « Victoire de Samothrace », construite à l’époque Hellénistique représentant la déesse « Niké » personnifiant « la Victoire », et qui était posée sur l’avant d’un navire de l’époque Mythologique ; restaurée aujourd’hui elle semble ne plus avoir de tête ! Si l’idole « Niké » n’a pu empêcher ce désastre n’est-ce pas ; alors comment peut-elle protéger les autres et donner des « Victoires à venir », si elle sait parler ? Mais encore, si la tempête se déchaîne en pleine mer, alors qui nagera pour sauver l’autre, les marins idolâtres Grecs secourant « Niké » cette statue de pierre qui coule au fond de la mer ; ou bien ; « Niké » la statue de pierre secourant les marins idolâtres Grecs mal-en-point ? Dans ce cas, comment une statue puisse nager, voir et respirer ? ! Et si, « Niké » fut restaurée aujourd’hui, les archéologues et autres acolytes seraient alors plus « puissants » que les idoles Gréco-romaines ? L’imagination des poètes et écrivains Grecs, Déméter et Hésiode, ont-ils expliqué cela, ou peuvent-ils donner des réponses, par une notice d’entretien du premier constructeur idolâtre, lors de la fabrication de l’idole « Niké » ?!

Bref… remontant aux environs du 8ème siècle avant le Prophète Jésus (paix sur lui) ; VOUS PORTEZ DONC À VOS PIED ET AILLEURS, L’IDOLE « NIKÉ » D’INSPIRATION MYTHOMANE GREC, reprise par l’idolâtrie et la corruption des marques poussées à l’extrême ; qui plus est ; dictée par l’entreprise NIKE corrompu dans tous les sens du terme !

Ainsi, Allah est explicite dans Sa Parole : « Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allah l'égare sciemment et scelle son ouïe et son coeur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah ? Ne vous rappelez-vous donc pas ? Et ils dirent: ‹Il n'y a pour nous que la vie d'ici-bas : nous mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr›. Ils n'ont de cela aucune connaissance : ils ne font qu'émettre des conjectures. » (Coran : sourate 45, verset 23 et 24)

(Fin extrait)

Source :

LIVRE 42 : L’IDOLÂTRIE MONDIALE (PDF)

- TELECHARGEMENT :

https://archive.org/details/LIDOLATRIEMONDIALELIVRE42

https://ia600207.us.archive.org/12/items/LIDOLATRIEMONDIALELIVRE42/L'IDOLATRIE%20MONDIALE%20LIVRE%2042%20RIBAAT.pdf

ARTICLE 5 :

Le système démocratique du « dollar-dieu »

Forum Al Mourabitoune

02 Décembre 2005

Après s'être assis sur « le protocole de Kyoto », piétiné « le Tribunal Pénal International » et bafoué « l'ONU », les Etats-Unis pensent peut-être vivre indéfiniment dans ce monde d'auto-inpunité qu'ils aiment à se construire...

Ils rêvent...

Toujours prompte à donner des leçons de « démocratie » au monde entier, cette Amérique arrogante qui est née du hold-up d'une terre et du massacre de ses habitants légitimes (les Amérindiens), voudrait imposer au monde entier sa vision du bien et du mal... avec un pantin écervelé en guise de prophète (le satané Bush). Ils nous prennent vraiment pour des gens sans intelligence.

Devenons un outil pratique de Boycott des produits américains et plus largement un vecteur d'approfondissement de l'ERRORISME « made in usa ».

Car en qualité de simple habitant du monde, nous avons une arme parmi tant d’autres pour lutter contre ce nouveau fanatisme religieux du « dollar-dieu ».

Cette arme, c'est notre porte monnaie, notre pouvoir d'achat, nous pouvons choisir de ne plus enrichir les grandes firmes américaines en arrêtant simplement d'acheter leurs produits.

Nike, Reebook ou Adidas... et d'autres dans le textile, l'habillement, mais aussi dans le jouet, le tapis, la chaussure et le cuir, fonctionnent tous selon le même modèle : le système Nike.

Ce système consiste à réduire l'entreprise à un siège social organisant la sous-traitance de la fabrication. Nike n'a pas d'usines.

D'Indonésie au Pakistan, en passant par l'Inde, Sri Lanka, le Bangladesh et la Thaïlande, les représentants de ces multinationales recherchent l'entreprise, souvent artisanale ou parfois même constituée pour l'occasion, qui offrira le meilleur prix pour la fabrication d'un lot déterminé de marchandises pré-vendues sur le marché des pays riches.

A l'autre bout de la chaîne il y a les enfants, mais aussi les femmes esclaves.

Comme, par exemple, au Pakistan, où sont fabriqués à la main la plupart des ballons de football de la planète.

Des milliers d'enfants travaillent pour presque rien, les ballons étant payé l'équivalent de 3,75 F (Soit l’unité 0.57 centimes d’euro) à leur patron.

Les dizaines de millions d'enfants, au travail, que ce soit en Asie, mais aussi en Amérique Latine, où le système Nike se développe, vient de familles les plus démunies.

Si le système Nike se développe c'est grâce à une chaîne de complicité, volontaires ou non, allant du « client » jusqu'au « patron esclavagiste. » (Qui rend esclave les petits et grands)

Entre les deux, le sous développement, mais aussi les gouvernements qui ont leur part de responsabilité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà un diner servi pour 9 personnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas les moyens suffisants pour aller à l'école...Eh oué, ça existe encore au 21ème siècle...Vivement le mondial 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etonnant que les gens vivent dans des conditions pareilles avec une industrie telle nike implanté chez eux.

Les gens vivent dans des conditions sales, serré, exactement comme « des bidons villes » avec une industrie telle Nike implanté chez eux.

Bon, là, je sais d'avance que vous, lecteur, vous avez une paire de Nike air à la maison. Si cela n’est pas vrai alors vous avez forcément un polo, un survêtement ou des chaussettes Nike. En gros, il y a forcément une virgule quelque part chez vous !

Quand on demande aux gens : « Pourquoi achetez-vous Nike, alors que vous savez qu'ils sont numéro un de l'exploitation du tiers monde...!? » Ils répondent quoi ?

La plupart réponde ceci : « EEUh...bah tu vois bien...»

Posez la question à quelqu'un, vous verrez !

Une paire de basket Nike coûte en moyenne entre 120 et 150 euros. Eh oui, non seulement le prix est hallucinant pour une paire de basket, ce qui devrait dissuader les clients mais en plus ces paires ne coûtent quasiment rien aux fabricants puisqu'ils exploitent de pauvres gens qui n'ont pas le choix et qui sont obligés de faire avec sinon c'est la famine !

Le pire est que ces paires sont essentiellement fabriquées par des enfants de Chine, Taiwan ou Vietnam etc...Enfin les pays où la misère à sa place.

Sachez qu'un employé Nike travaille 12h/24, 7j/7.Pour avoir un dimanche de repos il doit travailler 24 h d'affilé le samedi.

Il n'y a qu'une pause par jour de 5 min...T'aurais le temps de faire quoi exactement en 5mn toi ?

Ces travailleurs sont le plus souvent des enfants qui passent leur temps à travailler et par conséquent qui sont privé d'école. Ca laisse présager un bel avenir au pays tout cela !

Ils commencent à travailler dès l'âge de 5 ans. D'après les mensonges des fabriquant, ils ne commencent qu'à partir de l'âge de 15 ans....Comme s'il allait avouer au monde qu'il exploite des enfants de 5 ans...penses-tu......

Les lieux de travaille sont appelés des « entreprise de misère » c'est à dire que par économie, les murs sont en cartons, les toits sont en papier....

En plus on économise de la place alors on installe les machines à caoutchouc sous le nez des ouvriers, de quoi se défoncer le crâne avec du carbone tous les jours et finir à 30 ans d'une overdose suivit d'un cancer...

Mais est ce que ça se limite à ça ? Faut-il Boycotter ces escrocs, ces charlatans, ces CHIENS DE L’ENFER juste pour ces raisons... A votre avis ? Cela vous donne encore envie du Nike ?

Je suis convaincu que oui ! Comment pourrez-vous, vous passez de Nike ? Jordan met des Nike... Zidane met des Nike, vos copains mettent du Nike, vous aurez vraiment l'air d'un imbécile si vous mettez d'autres marques...? Votre entourage penserait sûrement de vous : « t'as plus de tunes » ; « Wesh c’est quoi ces basket de bof ? » ; « T'as péter les plombs, tu vas aller avec ça en ville ? » et plein d'autres phrases bizarre.

Alors vous avez raison, achetez Nike par ce que vos copains vont vous prendre pour un bouffon !

Ce qui est hallucinant, c'est que dans la communauté musulmane, ils ont tous (pour beaucoup) des baskets Nike, chemise Nike, survêtement Nike, par ce que c'est le style. C’est la bonne flambette, tout le monde regarde : « waouh il est classe ton survêt, tu l'as acheté ou ? »...Et aller c'est partis, vous faite la pub et grâce à vous, d'autres vont acheter....

Vous êtes des actionnaires ! Sauf que vous n’avez pas votre part de bénéfice à la fin de l'année. Mais ne vous en faite pas. Nike vous remercie.

Une petite anecdote. J'ai vu un ami, avec qui nous parlions de Boycott, sujet sur lequel on semblait être totalement en accord. Puis quelques semaines plus tard, je le vois avec une paire de requin (Nike) toute neuve ! Je lui ai fais la remarque et il m'a dit texto : « Mais nan !! t'inkiète !! C’est pas ce que tu crois !! Tu crois p'tet que je vais donner 150 euros à Nike ou quoi ?? C'est une boutique qui était en liquidation à Paris et je les ai eu à 90 euros.... »

Bref...Revenons à l'industrie Nike par ce que je n’ai pas fini !

Les gens ne savent pas que les ouvrières qui veulent bénéficier d’une journée de repos au moment des menstruations doivent baisser son pantalon dans le bureau des managers pour le prouver ?

Les gens ne savent pas que la plupart de ceux qui voudraient parler de leurs conditions de travail, de leurs 60 heures de travail par exemple, sont menacés, non seulement de licenciement, mais aussi physiquement ?

Et puis, il y a la faim, omniprésente. Obsédante.

Ils se lèvent le matin, et ils font le calcul de façon à savoir à quel moment il faut manger pour pouvoir tenir toute la journée.

Huit francs par jours (1.22 €) pour une seule personne, ce n’est pas possible franchement. Même avec le rythme de vie qui règne la bas. Alors imaginez ceux qui ont des enfants !

Les chefs d'usines organisent des humiliations et des punitions corporelles à chaque ouvrier qui ne tiendraient pas la cadence du chronomètre. Pas facile tout çà, quand on vit dans un bidonville et qu'on a rien à manger, on serait prêt à tout pour ne pas mourir de faim n'est ce pas...

Alors c'est simple ! Soit on obéit à Nike, soit on meurt...

Obéir ? Où mourir ?

Ah là, il n’y a rien à dire ! Un point pour Nike ! Le PDG le dit lui même : « On oblige personne à travailler dans nos usines » Voilà sa notion de liberté. Travaille et tu mangeras (et même pas à ta faim !) ou meurt...Sympa cette notion de liberté !

Donc tue-toi au boulot dans mon usine ou va mourir en paix toi et tes enfants...

Comment appelez vous cela ? Moi j'appelle ça de l'esclavage !

Nike appelle ça un choix. Eh bien tu parles d'un choix !

Cette souffrance elle vient d'où exactement ? C'est à cause de Nike ? Moi je dis que ce n’est pas de la faute de Nike, seulement en partie. Nike fait son business et il a le droit de faire comme bon lui semble ! Mais Nike semblait savoir que le monde était insouciant mais alors d'une FOOORCE !!!!!

Il savait que les habitants de cette planète étaient indifférents à la souffrance des plus pauvres du moment qu'ils vivaient relativement bien.

Il savait qu'on donnerait plus d'importance à nos pieds plutôt qu'à la souffrance de dizaine de milliers de personnes et même des millions de personnes à travers le monde

Vous, qui vous baladez en survêtement et basket Nike, vous vous foutez de ceux qui ont fabriqué vos baskets, vous êtes né en France, tout va bien la vie est belle n’est ce pas !

Les autres vous vous en tapez. Par contre si vous avez un petit frère de 8 ans bloqué en Taiwan qui travaillait dans une usine Nike et qui te communiquait ses nouvelles d'une vie vraiment minable, là votre réaction ne serait pas là même.

Vraiment ! Qu’est ce que je suis ignorant moi alors ! Mais ce n’est pas votre frère, alors qu'est ce que vous avez à pensez des autres. Vous avez assai de problèmes comme ça pour vous occupez ceux des autres, pas vrai.

Et puis, les petits de 8 ans qui triment c'est les petits frères de personne ?

Ca c'est de l'égoïsme !

Eh bien sachez que si vous privilégiez l'aspect de vos pieds à la souffrance des gens, eh bien j'espère que tu profites bien de cette vie (éphémère) sur (le faux brillant de la) terre car tu dois savoir que rien n'échappe au jugement de ALLAH (le Dieu Unique) et il te demandera des comptes sur ABSOLUMENT TOUT !

Vous Lui (Exalté soit-Il) direz quoi à ce sujet ?

Arrêtez de vous pavanez, sérieusement ! Arrêtez d'acheter ces marques Diabolique qui enrichirent des crapules, qui font souffrir énormément de millions de gens qui n'ont malheureusement pas le choix et travaillent injustement très dur pour pouvoir se nourrir eux et leurs familles.....et qui en plus vous ruinent vu le prix d'une paire !

Une paire à 150 euros vous permettrez de nourrir une famille nombreuse du tiers monde pendant plus d'un mois et quand je parle de nourrir, je parle d'un festin durant un mois sinon ça pourrait leur faire l'année !

Au nom de ALLAH, pensez au gens qui souffrent et ne participez pas à ça !

Il y a de très belle basket à 50 euros qui sont super stylés, à la mode et qui n'est pas une des marques qui exploitent les pauvres.

Le Prophète Mohammed (paix et bénédiction de Allah sur lui) a dit : « Ne dormez pas le ventre plein quand votre voisin à le ventre vide »

Et nous ! Pire que ça, non seulement, on s'endort sans remord mais en plus on contribue à sa famine !

Il faut se réveiller car ça ne va pas ! On est des musulmans quand même !

Là, je suis persuadé que certains se disent : « Mais si on achète plus de Nike, l'usine fera faillite et là le tiers monde n'aura plus aucun moyen de travailler ! »

Excuse-moi, si tu penses comme ça, de te demander de regarder plus loin que le bout de ton nez...

Les grandes entreprises comme Nike ont des techniques de vente extrêmement étudiée et lorsque les affaires vont mal, la société réagit, fait une étude très approfondie sur les raisons qui ont provoqué la baisse de leur chiffre d'affaire.

Et s'ils s'apercevaient que le résultat de l'étude révélait que la consommation avait diminué du fait que les clients n'acceptaient plus de participer (de façon indirect) à l'exploitation de milliers de personnes, à votre avis, qu'est ce qu'ils feraient ?

Ils augmenteraient les salaires et le feraient savoir à la population ! Eh oui vous voyez bien qu'ils n’attendraient pas la faillite avant de réagir !

Si ces HMARS de rappeurs arrêtaient de se faire remarquer avec leur requin (Nike), si les sportifs arrêtaient de les porter aussi, imaginer un peu l'impact que ça aurait des milliers voire des millions de fans !

Ainsi, à ce propos, un commentaire de ce super basketteur bourré de talents et aimé voir adorer par des millions de fans à travers le monde qui n'est que JORDAN the best : « L’exploitation de gamins n’est pas de ma responsabilité ! » Bravo Jordan, vous assurez grave !

D'autres marques sont concernés par l'esclavage dont Reebok, Fila, Adidas, Levi's et beaucoup d'autres...

Mais NIKE est de loin The Number One du top ESCLAVAGE !

ARTICLE 6 :

Michael Moore parle à Phil Knight

« Quand le PDG de Nike se met (involontairement) à table »

Posté par le journal L'Humanité

Samedi, 13 Novembre, 1999

Phil Knight a voulu se payer un bon coup de pub en invitant Michael Moore dans son bureau de Portland. Mal lui en a pris.

Citation :

Phil Knight. Comment allez-vous ?

Michael Moore. Bien. Merci de m'ouvrir votre porte. J'ai un cadeau. J'en ai pour tous les PDG que je rencontre, ce qui, je vous le dis, est rare. C'est un beau cadeau. Ça va vous plaire. J'ai deux billets d'avion, l'un à votre nom, l'autre au mien, pour partir ensemble en Indonésie. Vous me ferez visiter vos usines.

Phil Knight. On part quand ?

Michael Moore. Dimanche.

Phil Knight. Non, c'est impossible.

[...] .

Michael Moore. Vous y êtes allé ?.

Phil Knight. Jamais.

[...]

Phil Knight. Il faut voir qu'il s'agit d'un pays [l'Indonésie - NDLR] en voie de développement avec un régime répressif et qu'ils essaient de s'en sortir en favorisant les échanges.

Michael Moore. Moi, je vous parle d'une entreprise américaine qui s'implante là-bas et qui travaille avec un régime qui a tué 200 000 personnes. C'est presque un génocide. Je suis sûr que ça vous tracasse. Je ne vous connais pas, mais vous avez une conscience.

Phil Knight. Je n'approuve absolument pas ce genre d'agissements, mais combien de morts a fait la Révolution culturelle ?

[...]

Michael Moore. Combien vous en faut-il ? Vous êtes milliardaire. Contentez-vous de l'être à moitié. Gagnez un petit peu moins d'argent. Et créez des emplois dans ce pays.

Phil Knight. Mon but n'est pas l'argent. Je ne cours plus après l'argent. Ce que je veux, avant d'aller au Ciel, c'est de créer la meilleure entreprise possible. Je crois à une chose simple, et j'y ai déjà laissé des plumes, les Américains ne veulent pas fabriquer de chaussures. Ils ne veulent pas.

Michael Moore. Si je trouve 500 personnes à Flint [ville dans laquelle Mickael Moore est né et où se déroule l'action de son premier film Roger et moi - NDLR] prêtes à le faire, vous ouvrirez une usine ?

Phil Knight. Ils se diront prêts, mais ils ne veulent pas.

Michael Moore. S'ils veulent le faire, irez-vous à Flint ?

Phil Knight. Prouvez-moi qu'ils le veulent et dans des conditions raisonnables.

Michael Moore. Ils n'accepteront pas cinq dollars la journée. Mais raisonnablement...

Phil Knight. J'étudierai la question.

Michael Moore. Vraiment ?

Phil Knight. Je n'ai pas dit que j'irai mais que je réfléchirai, honnêtement.

[Après ce premier entretien, Michael Moore retourne à Flint et organise une manifestation à laquelle il invite tous ceux qui voudraient travailler dans une usine Nike. Il filme la manif, retourne voir Phil Knight et lui montre les images.]

Phil Knight. Impressionnant !

Michael Moore. Alors ?

Phil Knight. Celui qui est sans travail accepterait n'importe quoi, mais les Américains ne veulent pas fabriquer de chaussures.

Michael Moore. Je viens de vous montrer...

Phil Knight. Ils le disent. N'importe quel chômeur dira qu'il accepte n'importe quel travail. Flint n'est pas dans mes priorités, ni comme entrepôt, ni comme bureau de ventes.

[...]

Michael Moore. Faire travailler des gosses de douze ans, ça vous va ?

Phil Knight. L'âge minimum est de quatorze ans.

Michael Moore. De quatorze ans, alors ? Ça ne vous dérange pas ?

Phil Knight. Non.

[...]

Michael Moore. Je voulais que ça se termine bien. Je voulais que vous disiez : « Nous ne sommes pas comme les autres sociétés américaines. Les Américains ont besoin de travailler. Les Indonésiens doivent toucher un salaire décent. Je suis contre le travail des enfants. Je veux agir selon ma conscience ».

C'est la fin que j'aurais souhaitée. C'est ce que j'espérais.

Phil Knight.... (silence).

Source :

http://www.humanite.fr/node/217270 (article)

http://www.vodkaster.com/extraits/the-big-one-ils-veulent-faire-chaussures/287319 (vidéo)

______________

 

Note Wikipédia :

Titre original: The Big One.

Réalisation : Michael Moore.

Scénario : Michael Moore.

Acteurs principaux :

Michael Moore.

Sociétés de production Kathleen Glynn.

Pays d’origine États-Unis.

Genre : Documentaire.

Durée : 95 minutes.

Sortie : 1998.

 

The Big One est un documentaire américain de Michael Moore réalisé en 1997 lors de la tournée de promotion de son livre Downsize This à travers les États-Unis. À chaque ville traversée le film montre la réalité sociale et le chômage en allant à la rencontre des salariés et des dirigeants d'entreprises. Il dénonce les pratiques de multinationales qui licencient leur personnel alors qu'elles font des bénéfices, ou comme Nike, dont certains sous-traitants utilisent le travail des enfants.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Big_One_(film,_1998)

ARTICLE 7 :

L’arme du Boycotte, efficacité prouvé 3

 

fusa2.free.fr

Organisation contre l'impérialisme américain.

11/11/2002

(…) Les solutions proposées :

 

Le boycott systématique de Nike, la diffusion des informations fournies sur cette page à tous ceux qui en font l'éloge et qui portent du Nike. Des ONG se sont formées après une dénonciation parue dans le « Times » sur les conditions de travail des employés de Nike. Mais la seule solution reste le Boycott et la contre publicité.

Il va de soit que les produits Nike que vous n'achèterez pas ne doivent pas être remplacés par des marques telles qu'Adidas, bien que plus humaines... Non, préférez des marques peu connues, ou pas de marque du tout, et ces entreprises comprendront vite que leurs clients viennent de la lutte contre l'exploitation et qu'il leur faudra ne pas reproduire le schéma habituel des grands du textile sportif.

Mais Nike est une question de mentalité, notamment dans les banlieues où porter du Nike est un signe de richesse voire de supériorité et c'est contre cette mentalité qu'il faut lutter ! Il faut que chacun prenne conscience que son pouvoir d'achat peut-être assimilée à une arme et que celui qui la néglige risque de se la voir prendre et utilisée à mauvais escient par des transnationales basées sur le profit !

 

Ribaat

Après McDonald’s et Coca-Cola, le troisième emblème de l’impérialisme américain est l’entreprise vampire Nike !

Pour un bon Boycottage, surtout au début, visez les plus grandes entreprises et soyez constant dans votre combat, jusqu’au jour où le bien l’emportera définitivement sur les forces du mal ; même s’il devait rester un jour avant la fin du monde qui sonnera inéluctablement le Jour de la Résurrection : en ENFER pour les injustes, au PARADIS pour les justes ! Encore faut-il prendre le droit chemin sur terre ; celle de l’Islam Religion de tout les Prophètes (paix sur eux tous)

Mieux vaut ressusciter avec le poids d’un noyau de datte de bien, plutôt que rien !

CONCLUSION

Ribaat

L’hypocrisie manifeste de l’entreprise Nike est plus que flagrant !

Une des caractéristiques des têtes de la mécréance et leur suiveurs aveugles sur la terre provisoire et d’aimer la corruption dans tout les sens du terme ; puisqu’ils ne croient pas à leur second vie définitive dans l’Au-delà.

Un Jour bien douloureux pour les perdants, ou plutôt dit à l’américaine pour les loosers, n’est-ce pas Nike&co ?

Allah le Juste et Juge éternel dit :

« Et quand on leur dit : ‹Ne semez pas la corruption sur la terre›, ils disent : ‹Au contraire nous ne sommes que des réformateurs !› Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte. » (Coran : sourate 2 verset 11 et 12)

Allah dit la Vérité.

 

Partager cet article

Repost 0